mardi 29 octobre 2019

Carnet de voyage




1960
Fragments de journal
31 octobre. 
Tunis. Nous visitons les souks. C'est une opération délicate qui ne peut se faire que sous la conduite d'un guide qualifié; celui que l'on nous donne est encore jeune, mais se débrouille fort bien: il a passé son CAP de souk-émissaire il y a quelques mois seulement…
La visite dure longtemps. Nous n'en avons pas retenu grand-chose, si ce n'est-au passage- le souk des produits d'Indonésie (appelé ici le Souk-Arno). Noté également le souk des psychanalystes : ce sont de petites échoppes ouvertes à touts vents; le psychanalyste est assis en tailleur sur une natte d'alfa, tout au fond, et l'éventuel patient prend place sur une large planche recouverte d'un tapis.
Notre guide nous explique que le moment n'est pas bien venu pour visiter les souks , que la saison est terminée depuis pas mal de temps, etc. Il paraît qu'il y a eu (deux mois auparavant) dans le souk des peintres une très remarquable rétrospective Souktine et une très belle exposition Souklages. Dommage.

Vendredi 5 novembre.
Sfax. C'est une ville entourée de murailles. Un enfant peut en faire le tour. 

Samedi
Sfax. Visite approfondie de la ville. Les sfaxis ne sont pas chers du tout et nous en abusons. Les sfaxiens sont des gens très hospitaliers et nous acceptons sans sfaxons les multiples cadeaux qu'ils nous font.

Dimanche.
Foule à la sortie de la Grand'messe.

Georges Perec
Lettre à Jacques Lederer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire