samedi 28 mars 2020

Confinement (12)



La journée de lundi a été particulièrement déprimante. Le réveil a sonné à 9 heures et je me suis assis sur mon lit. Si on peut appeler ça un lit. D'ailleurs, depuis une couple d'heures je ne dormais plus vraiment, je somnolais. Et je m'étais couché à 22h30. Je dors beaucoup. Ou bien je somnole beaucoup. Enfin, ça dépend des moments.
J'ai retapé la couche, je l'ai recouverte de sa housse de velours bleu râpé, j'ai redressé le dossier et les accoudoirs et j'ai tout poussé contre le mur. Ca avait à peu près l'air d'un canapé, oui.
J'étais en caleçon. Il faisait frisquet. C'était un printemps pourri que ce printemps-là, et il s'est mis à pleuvoir dans la cour, de l'autre côté de la fenêtre en dépoli, et vraisemblablement sur le reste de la ville aussi. J'ai quand même ouvert pour aérer, et le résultat, c'est que l'eau est entrée et a ruisseler sur le mur sous la fenêtre. J'ai refermé. J'ai arrangé les revues dans le porte-revues, des vieux  Express, des vieux Match, des vieux Lectures pour Tous et un numéro égaré de Newsweek. Ca n'est pas que je parle américain ou quoi que ce soit, mais ça fait international, ça me donne de l'envergure.
Aux yeux de qui?

Jean-Patrick Manchette
Morgue Pleine

vendredi 27 mars 2020

Confinement (11)


Rien n'égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
L'ennui, fruit de la morne incuriosité
Prend les proportions de l'immortalité.
-Désormais tu n'es plus, ô matière vivante!
Qu'un granit entouré d'une vague épouvante,
Assoupi dans le fond d'un Saharah brumeux;
Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
Oublié sur la carte, et dont l'humeur farouche
Ne chante qu'aux rayons du soleil qui se couche.
Baudelaire
Les Fleurs du Mal
Spleen 79

jeudi 26 mars 2020

Confinement (10)




Ta chambre est la plus belle des îles désertes, et Paris est un désert que nul n'a jamais traversé. Tu n'as besoin de rien d'autre que de ce calme, de ce sommeil, que de ce silence, que de cette torpeur. Que les jours commencent et que les jours finissent, que le temps s'écoule, que ta bouche se ferme, que les muscles de ta nuque, de ta mâchoire, de ton menton, se relâchent tout à fait, que seuls les soulèvements de ta cage thoracique, les battements de ton cœur témoignent encore de ta patiente survie.
Georges Perec
Un homme qui dort

mardi 24 mars 2020

Confinement (8)





« Ne me rappelle rien, ne remue pas le passé ! dit Oblomov d’un air conscient, en pleine possession de son esprit et de sa volonté. Qu’est-ce que tu veux faire avec moi ? Je me suis séparé à jamais du monde où tu veux m’entraîner : tu peux ressouder, remettre ensemble les deux moitiés brisées. Je me suis enraciné dans ce trou, il me tient. Essaye de m’y arracher, et ce sera la mort »

Ivan Gontcharov
Quelques jours de la vie d’Oblomov

lundi 23 mars 2020

Confinement (7)


Un mur, c'est quelque chose d'important, quelque chose de solide, et qui mérite
 qu'on lui consacre son temps et son attention. Je m'aperçois que je suis capable d'accorder à ce mur plus d'intérêt  que je n'ai accordé à quoi que ce soit depuis près de six mois.
Ca fait maintenant trois jours que je travaille à ce mur. le premier jour, j'en ai établi le plan, noir sur blanc: soixante centimètres de large et trois mètres de haut, clôturant complètement la cour, derrière la maison, de façon que personne ne puisse y pénétrer sans traverser les pièces du rez-de-chaussée. Le deuxième jour, je suis sorti commander tout ce qu'il fallait pour le construire: parpaings, briques et ciment. Puis je suis revenu ici en marquer le tracé à l'aide de piquets et de ficelles. Et je me suis mis à creuser.

Tucker Coe

(Donald Westlake)

Kinds of Love,Kinds of Death





dimanche 22 mars 2020

Confinement (6)


Il n'est pas nécessaire que tu sortes de ta maison. Reste à ta table et écoute. N'écoutes même pas, attends seulement. N'attends même pas, sois absolument silencieux et seul. Le monde viendra s'offrir à toi pour que tu le démasques, il ne peut faire autrement, extasié, il se tordra devant toi.
Franz Kafka
Méditations sur le péché, la souffrance,
 l'espoir et le vrai chemin

samedi 21 mars 2020

Confinement (5)





Que de choses si faciles à manquer dans l'habitude superficielle de voir.